En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Comité de pilotage

Tous les articles (1)
  • Bilan du comité de pilotage du vendredi 19 septembre

    Par le principal, publié le mardi 23 septembre 2014 09:55 - Mis à jour le dimanche 28 septembre 2014 18:38

     

    Compte rendu

    Comité de pilotage du REP+ Costa Gavras

     

    Personnes présentes :

     

    Madame POIRIER, IEN Le Mans Est

    Monsieur PERRIN, principal du collège

    Madame HENIN, IA- IPR référente du collège

    Madame VAZ, coordonnatrice du réseau

    Monsieur BAILLEUL, chargé de mission réussite éducative

    Madame CABANES, Conseil Général

    Madame DELANDEVOISIN, AFEV

    Monsieur DAROUECH, directeur adjoint de la prévention spécialisée, Sauvegarde 72

    Madame LEVEQUE, éducatrice Sauvegarde 72

    Madame BRUNEAU, Centre Social le Kaléïdoscope

     

    Personnes excusées :

     

    Monsieur BONNAIN, conseiller technique à la DDCS

    Monsieur SERPIN, chargé de mission observatoire et dispositifs partenariaux, Conseil Général

    Madame ROSENOW, médiatrice culturelle, ESPAL

    Monsieur LAANAYA, ESPAL

    Monsieur RENAIS, délégué à la Préfète

    Madame BOITARD, responsable de service à la politique de la ville

    Madame GILLARD, directrice du Centre Social le Kaléïdoscope

    Madame BENEVAUD, conseillère technique parentalité, CAF

     

    I- Présentation du diaporama : qu'est ce que le dispositif REP+ ?

    (voir le diaporama en ANNEXE)

     

    1) 102 réseaux REP+ préfigurateurs :

     

     L'exigence de justice est au cœur de la refondation de l'éducation prioritaire. Elle vise à réduire les effets des inégalités sociales et territoriales sur les résultats scolaires et à favoriser la réussite de tous les élèves.

     

    Le ministère chargé de l'éducation nationale a, à cette fin, construit un indice social permettant de mesurer les difficultés rencontrées par les élèves et leurs parents, et leurs conséquences sur les apprentissages. Cet indice prend en compte la part d'élèves dont les parents appartiennent aux catégories socioprofessionnelles défavorisées, la part d'élèves boursiers, la part d'élèves résidant en zones urbaines sensibles et la part d'élèves arrivant en sixième avec au moins un an de retard. Il y a une convergence de zonage de la politique de la ville et de l'éducation prioritaire.

     

    En 2014-2015, 102 REP +, au niveau national, sont préfigurateurs, dont le réseau Costa Gavras sur notre territoire des Sablons, puis la refondation de l'éducation prioritaire entrera en vigueur à la rentrée 2015 sur l'ensemble des REP et REP + qui seront identifiés sur la base de l'indice social. Le nombre total des réseaux en éducation prioritaire reste inchangé à 1081 réseaux. Le périmètre des REP + est fixé à 350, incluant les 102 réseaux préfigurateurs à la  rentrée 2014, et celui des REP à 731. Le dispositif est acté pour 4 ans.

    Le + de REP correspond à plus de moyens octroyés au réseau.

     

    En références à la circulaire du 4 juin 2014 sur l' éducation prioritaire :

     

    « La refondation de l'éducation prioritaire est essentiellement pédagogique. Le travail conduit en appui sur les travaux de la recherche et des inspections générales, sur les comparaisons internationales et sur les temps de partage entre tous les acteurs de cette refondation ont montré l'importance de travailler sur l'ensemble des paramètres qui concourent à faire évoluer les pratiques et organisations pédagogiques pour le réussite de tous..... »

     

    « Dans tous les niveaux d'enseignement se développent des collectifs de travail qui, avec l'appui de la formation, permettront aux personnels de chercher les meilleures manières de favoriser la réussite de tous les élèves. A l'instar  des classes hétérogènes, les organisations pédagogiques qui produisent les meilleurs résultats et permettent la mise au travail des élèves seront recherchées. »

     

     

    2) Le pilotage des réseaux :

     

    Au niveau de chacun des réseaux, l'ancien comité exécutif disparaît. Le réseau articule deux instances aux objectifs distincts :

     

    Le comité de pilotage du réseau qui porte le projet du réseau dans toutes ses dimensions. Il impulse et suit la politique éducative globale du réseau.

    Il est composé des pilotes du réseau (l'IEN madame Poirier, et le principal du collège, monsieur Perrin), l'IA-IPR référente madame Hénin, assistés de la coordonnatrice, . Les partenaires du réseau y participent : Ville, Conseil Général, délégué du Préfet, coordonnateur du Programme de Réussite Educative (PRE), la CAF, la DDCS  et d'autres partenaires associatifs        

    Le conseil école-collège qui a vocation à exister dans tout secteur de collège. Il contribue à améliorer le continuité pédagogique et éducative entre l'école et le collège.

    Sa composition est équilibrée au niveau du 1er et 2nd degrés avec 5 professeurs de part et d'autre, le CPE, l'infirmière et le Plus de Maîtres que de Classes CM/6ème (PMC) dans le 2nd degrés, la coordonnatrice, un membre du RASED et la « Plus de Maîtres que de Classes » cycle 2 (PMC) dans le 1er degré. Cette instance est présidée par l'Inspectrice de la circonscription, madame Poirier et le principal du collège, monsieur Perrin.

    Le premier conseil école-collège a eu lieu le lundi 22 septembre au collège et un second aura lieu en fin d'année.

    De ce conseil école-collège émaneront des commissions inter degrés qui réfléchiront à des démarches pédagogiques à mettre en œuvre au cœur de la classe, dans un  continuum de réseau. En parallèle, des commissions intra établissements (collège et écoles) complèteront cette organisation.

    Les partenaires du comité de pilotage pourront aussi intervenir dans ce dispositif, dans le collège et les écoles.      

    3) Un diagnostic partagé :

    Chaque réseau établit un projet de réseau qui précise l'analyse de la situation sur la base des données disponibles et des autoévaluations conduites.

    Le contrat d'objectifs du réseau Costa Gavras, rédigé en 2010 en étroite collaboration projets d'écoles/projet d'établissement, servira  de diagnostic partagé au projet du réseau

    4) Les 6 priorités pour les réseaux d'éducation prioritaire :

    Un référentiel de l'éducation prioritaire est proposé à l'ensemble des acteurs et offre un cadre structurant. Présenté sous forme d'actions pédagogiques et éducatives, il permet aux équipes d'exercer pleinement leur liberté pédagogique en s'appuyant sur des repères solides et fiables. C'est un ensemble de préconisations. Il prend en compte de manière global les nombreux facteurs qui participent à la réussite scolaire des élèves.

    La démarche de la refondation a permis d'identifier trois axes majeurs de travail, déclinés en six priorités dans le référentiel de l'éducation prioritaire et 14 mesures.

    Les axes de travail sont les suivants :

    Axe 1 : Mettre les apprentissages des élèves au cœur de l'éducation prioritaire  avec 6 mesures :

     

    La scolarisation des élèves de moins de trois ans : les premiers apprentissages sont essentiels. L'école maternelle est donc concernée au premier chef par cette perspective de la réussite pour tous.

    Dans le réseau Costa Gavras, les écoles Henri Wallon et Petit Louvre ont une classe spécifique de 18 élèves.

     

    « Plus de maîtres que de classes » : ce dispositif a vocation  à être développé prioritairement au cycle des apprentissages fondamentaux et en REP + puis progressivement dans toute l'éducation prioritaire. Il permet de favoriser le travail collectif des enseignants qui peuvent mettre en place des co-observations, des co-interventions ou un véritable co-enseignement qui s'appuie sur des préparations établies en commun en fonction des besoins des élèves et des orientations des programmes. La priorité va à l'apprentissage de la lecture et à la compréhension.

    Ce dispositif existe depuis deux ans dans les écoles Gaston Bachelard et Epau. Dans chaque école, un(e) PMC intervient en classes de CP et CE1, un autre intervient dans les classes de CM1, CM2 et 6ème dans une démarche de continuité pédagogique et une personne intervient, cette année, dans toutes les classes de CE2 du réseau principalement autour de la lecture. Enfin, quatre assistantes pédagogiques interviennent essentiellement dans  les classes de GS des écoles maternelles.

     

    Un accompagnement continu des élèves de 6ème jusqu'à 16h30 : il s'adresse à tous les élèves de sixième pour une meilleure adaptation au collège. L'accompagnement continu en classe de 6ème doit assurer une transition entre l'école et le collège et favoriser l'adaptation des élèves aux pratiques spécifiques du collège.

    L'emploi du temps des élèves de 6ème est  continu jusqu'à 16h30 au collège Costa-Gavras. Néanmoins une réflexion sur le contenu des séances est en cours.

    L'extension du dispositif « D'Col » dans tous les collèges de l'éducation prioritaire (dispositif numérique de soutien en français, en mathématiques et en anglais) : c'est un dispositif hybride qui permet à l'élève d'acquérir plus d'autonomie et d'assiduité dans son travail en lui proposant des services de soutien en ligne tout en s'appuyant sur la présence d'un enseignant référant à ses côtés, dans son établissement, et d'un enseignant tuteur en ligne du CNED, quand il en a besoin, depuis l'école ou depuis son domicile.

     Deux groupes de 10 élèves sont constitués au collège, cette année mais il pourront variés en cours d'année. Ce n'était pas le cas l'année passée. Depuis la rentrée, ce dispositif est étendu aux classes de CM2 volontaires.

    Le développement de l'ambition et de la curiosité des élèves pour les aider à construire leur parcours :  au collège, la question de la découverte des formations et des métiers et la réflexion sur les parcours possibles dans le système éducatif prend une place particulière dans des contextes où les niveaux d'ambition ne sont pas toujours à la hauteur de ce que permettraient les aptitudes de certains élèves.  

    Cette mesure est à construire sur le réseau. L'ambition des élèves doit être développée, tant au niveau des résultats que de la découverte des métiers.

     Actuellement, il est très difficile, pour les élèves d'obtenir un apprentissage. Les patrons sont très réticents à les embaucher car, au cours de leur formation, beaucoup sont obligés d'obéir à des restrictions qui limitent leurs champs d'actions. Mais, on constate que, la priorité pour les employeurs, n'est pas les résultats scolaires de l'élève mais les appréciations des professeurs sur le comportement et la volonté des jeunes à apprendre. Par ailleurs, les élèves se dirigent très nombreux vers les mêmes filières « engorgées ». Certaines leur sont alors inconnues. Les élèves de troisième choisissent souvent des stages dans des milieux qu'ils connaissent déjà. Ils ne s'obligent pas aller voir d'autres métiers. Enfin, ils quittent difficilement le quartier afin de trouver des formations plus loin de chez eux.

    Par conséquent, pour les élèves, la recherche personnelle d'informations ne suffit pas. Ils doivent être accompagnés pour découvrir les métiers. De plus, cette connaissance des métiers est importante à construire dès la maternelle. Les élèves et les familles n'ayant pas beaucoup d'ambition, les professeurs doivent en avoir doublement pour eux.

    Le développement d'internats de proximité pour les collégiens : il s'agit d'un développement d'une politique de l'internat de la réussite pour tous qui aura pour objectif de privilégier l'accès à l'internat des élèves de l'éducation prioritaire.

    En Sarthe, les internats de Marolles les Brault et Saint Calais ont été fermés. Selon l'avis de monsieur Perrin, dans le collège, des élèves, accompagnés en tant qu'internes, auraient de meilleurs chances de réussir.

    Axe 2 : Accompagner, reconnaître et former les personnels avec 3 mesures :

    Des temps de travail en équipe : l'organisation du travail des personnels enseignants leur permettra de consacrer davantage de temps au travail en équipe, à l'amélioration de la prise en charge collective des besoins des élèves, aux relations avec les parents et aux actions de formation.  Les enseignants, exerçant dans une des écoles REP +, bénéficient de la libération de 18 demi-journées par année scolaire pour participer aux travaux en équipe, nécessaires à l'organisation de la prise en charge des besoins particuliers des élèves qui y sont scolarisés, aux actions correspondantes, aux relations avec les parents et à la formation. Pour les enseignants du second degré, un dispositif de pondération des heures d'enseignement est prévu afin de reconnaître le temps consacré au travail en équipe, nécessaire à l'organisation de la prise en charge des besoins particuliers des élèves qui y sont scolarisés, aux actions correspondantes, aux relations avec les parents et à la formation. Chaque heure dans ces établissements est décomptée pour la valeur d'1,1 heure pour le calcul de ses maxima de service. Ce dispositif vise à favoriser les rencontres entre les deux degrés, notamment dans le cadre du conseil école-collège et des rencontres avec des partenaires.

    Cette organisation est complexe à mettre en place dans le premier degré compte tenu du besoin important de remplacements. Dès lors, les professeurs seront déchargés, par groupes de 5 ou 6,  à la demi journée pour permettre des petits groupes de travail et  ils pourront récupérer du temps de la même manière.

    Un grand plan de formation continue et d'accompagnement : dans les REP +, au moins trois jours de formation annuels (six demi-journées) devront être réalisés. Il sera veillé à l'articulation des plans de formation du premier et du second degrés pour permettre des formations inter degrés.

    Par ailleurs, la refondation de l'éducation prioritaire a permis de reconstituer, au niveau académique, une force de formation pour accompagner, dans les réseaux, les démarches et les travaux en fonction des besoins qui devront être formalisés dans un projet de réseau. Les objectifs sont de créer une véritable culture de l'éducation prioritaire et de faire système. Les formateurs sont un rouage supplémentaire entre le terrain et l'accompagnement national ( DGESCO). Ils ont comme terrains d'actions, en 2014-2015, les 102 REP+ préfigurateurs.

    Dans l'académie de Nantes, il y a deux formatrices académiques : madame Moinier et madame Vaz qui vont travailler avec les REP+ Costa Gavras au Mans, Jean de Lurçat à Angers et le Breil à Nantes. Leurs missions sont  d'être centre de ressources, d'être un lien entre les 3 REP+ de l'académie, d' accompagner les équipes des REP+ : lien terrain/recherche, d'impulser, d'accompagner, de mutualiser, de diffuser les projets dans les 3 REP+ de l'académie, d'aider à la connaissance des besoins en formations dans les 3 REP+, les remonter, les organiser et enfin d' accompagner les équipes dans leur continuité. Leurs actions sont en continuité de celles des équipes de circonscription

    Des incitations fortes à la stabilisation des équipes (rémunération et valorisation de carrière)

    Les équipes enseignantes sont relativement stables dans le réseau.

    A la rentrée 2015, la prime des professeurs sera doublée.

    Axe 3 : Favoriser un cadre propice aux apprentissages avec 5 mesures :

    Des projets de réseau pérennes : chaque réseau sera invité à établir un projet de réseau qui précise l'analyse de la situation sur la base des données disponibles et des autoévaluations conduites. Ce projet et les projets des écoles et du collège s'articulent.

    Il est à construire à partir du document réalisé pour le contrat d'objectifs.

     Un fond académique pour financer des actions pédagogiques et l'animation des réseaux

     Pour l'instant, le réseau n'a pas reçu d'information à ce sujet.

    L'accueil des parents chaque matin : pour construire l'Ecole de la réussite de tous les élèves, une coopération renforcée avec les parents, particulièrement avec les parents les plus éloignés de l'institution scolaire, constitue un enjeu majeur. Fondé sur le respect mutuel, le dialogue avec les parents contribue à la qualité du climat scolaire et à la promotion de la co-éducation.

    L'objectif des établissements est de faire venir les familles, même quand tout va bien. Pour cela, un projet parentalité se développe sur le réseau depuis 2 ans. Dans ce cadre, notamment, un espace dédié sera réservé aux parents, cette année,  dans les écoles et le collège du réseau et un adulte relais devrait pouvoir animer ces lieux. Par ailleurs, au collège, les remises des bulletins aux parents sont couplées avec la présence  d'associations qui viennent se présenter aux parents, les informer sur leurs rôles et leurs missions. Cela permet de créer du lien avec le territoire. Des enseignants seront aussi formés à la communication avec les familles. Enfin, contrairement aux écoles du 1er degré, le collège déplore le manque de parents volontaires pour participer aux conseils d'administration et aux conseils de classe.  Mais ne doit on pas d'abord envisager de donner des responsabilités aux familles avant d'être élues au comité de parents ? Par ailleurs, une formation ne serait elle pas nécessaire à ces parents, à l'instar des personnes impliquées dans les « conseils citoyens » mis en place par la politique de la ville ?

    500 assistants de prévention et de sécurité supplémentaires

    Monsieur Boudoyia Bouhacida est l'APS au collège. Sa personnalité et son implication dans l'établissement a permis d'améliorer le climat scolaire.

    Un infirmier scolaire supplémentaire dédié aux écoles et un assistant social dans les réseaux les plus difficiles : la prise en charge des besoins sociaux et de santé des élèves de l'éducation prioritaire doit faire l'objet d'une attention  toute particulière, sa mauvaise appréhension ayant des résultats directs sur le bien être et la réussite scolaire. Aujourd'hui, principalement présent(e)s au collège, les infirmier(e)s scolaires ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention des risques de santé dès l'école primaire. Les personnels sociaux contribuent, pour leur part, à un meilleur suivi des élèves tout au long de leur scolarité.

    Madame Vivier est l'infirmière présente au collège et dans les écoles du réseau. Grâce à cela, elle connaît bien les élèves et les familles. Mais, alors que dans le collège, une assistante sociale est présente ponctuellement, ce n'est pas le cas dans les écoles du 1er degré.

    II) Projets des partenaires :

    1) Les projets avec la Prévention Spécialisée, Sauvegarde 72 :

     

               ⁃          Projet « Justice » avec une classe de 3ème du collège. Ecriture d'un scénario de fait divers et jeu de rôles  au tribunal du Mans.

               ⁃          Avec les 5èmes latinistes, projet fouilles à Chypre, dans un an ou deux.

               ⁃          Théâtre avec une classe de 3ème et en collaboration avec un nouveau partenaire : la compagnie la « Bertoche ».

               ⁃          Partenaire dans le Dispositif Relais Interne (DRI).

    2) Les projets avec l'AFEV :

               ⁃          Avec les élèves de 4èmes, projet « démocratisation enseignement supérieur ». Témoignages d'étudiants sur leur parcours et leur vie d'étudiant. L'année du projet  se termine par un jeu de piste à l'Université, telle qu'elle est vécue au quotidien. Un lien serait envisageable entre la Sauvegarde et l'AFEV autour du projet « justice » : possibilité de faire intervenir des étudiants en droit.

               ⁃          Intervention dans le projet « parentalité » du réseau. L'année passée, animation de l'atelier « Orientation après la 3ème ».

               ⁃          Proposition d'un projet avec le1er degré autour de la lecture : intervention d'étudiants bénévoles ? A réfléchir.

    3) Le dispositif PRE ( Programme de Réussite Educative) 

    Le PRE (Programme de Réussite Educative) date de 2005 et a pour objectif d'accompagner, hors temps scolaire, les enfants et les adolescents qui ne bénéficient pas d'un environnement social, familial et culturel favorable. Ils sont repérés par les enseignants et par la suite, il s'agit d'agir sur des leviers qui concourent à l'épanouissement du jeune : l'éducation, le sport, la santé, …. Le PRE cible des enfants de la maternelle à la fin du collège.

    C'est un dispositif dont se sont bien bien emparées les écoles élémentaires mais il est moins présent au collège.

    4) Le dispositif  ELFE  (Etude de la Langue Française à l'Ecole) :

    En 2011-2012, sous l’impulsion de monsieur Le Préfet et du Directeur Académique, un nouveau dispositif, à destination des familles, a vu le jour :  « ELFE : Etude de la Langue Française à l'Ecole ». Les parents étrangers peuvent prendre des cours de français dans des écoles. Ce dispositif est particulièrement développé sur le quartier des Sablons (écoles Bachelard, Paul Eluard-Sablonnière et Gérard Philippe) mais des cours sont aussi dispensés à Allonnes et à Coulaines. Les cours visent une meilleure intégration des familles et une connaissance plus fine des institutions françaises, en particulier de l’Ecole. Différents niveaux d’acquisition du français sont visés (du premier niveau A1 au niveau B2 permettant une reprise d’études universitaires). En 2013/2014, 210 parents étaient inscrits et 101 ont obtenu le DELF.

    Ce dispositif a une grande répercussion sur les élèves, très fiers de voir leurs parents entrés ainsi dans les écoles.

    5) Les projets du Centre Social le Kaléïdoscope :

               ⁃          Le Centre Social est coordonnateur d'un projet parentalité sur le territoire des Sablons. Après des réflexions en commissions depuis deux ans, des actions seront mises en oeuvre cette année.

               ⁃          Le Centre Social et la Sauvegarde sont partenaires dans le DRI avec l'organisation d'ateliers cuisine au Kaléïdoscope. Les professeurs y sont invités. Malheureusement, à cette occasion, peu de parents se déplacent, occupés par les plus jeunes enfants. Alors, cette année, des animations seront prévues pour les jeunes frères et soeurs afin de libérer surtout les mamans.

               ⁃          Organisation de soirées repas familiaux au Centre Social, avec des ateliers jeux pour les familles.

    6) Le Conseil Général :

    Des équipes de travailleurs sociaux peuvent être présents dans les écoles, à la demande.

    7) La politique de la ville :

    Proposition : le collège pourrait mettre des salles à disposition pour « des conseils citoyens » ? 

    III- Après les échanges, pistes de travail possibles avec les partenaires:

               ⁃          Projet d'orientation des élèves

               ⁃          Relations avec les familles et place des parents

               ⁃          Actions sur la santé (les élèves arrivent en 6ème avec des problèmes de vue. Ils dorment et s'alimentent mal)

    Propositions  d'ajouter des partenaires dans le comité de pilotage tels que la PJJ, la FAL, d'autres balayant le champ du handicap et le service jeunesse de la ville du Mans.

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs