En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Internet

Tous les articles (7)
  • Navigation et recherches

    Par EMMANUEL JULLIOT, publié le jeudi 12 septembre 2013 18:57 - Mis à jour le samedi 14 septembre 2013 21:11

    NavigateursRecherches et navigation

    Pour aller sur Internet, il faut un navigateur (Internet Explorer, Mozilla Firefox, Opera, Safari, Google Chrome...). Ils proposent tous à peu de choses près les mêmes fonctionnalités mais certains sont des logiciels propriétaires (Internet explorer) alors que d’autres sont des logiciels libres (Firefox).

    En tout état de cause, il est indispensable de veiller à maintenir à jour son navigateur. Il est en effet le principal pourvoyeur de vulnérabilités permettant à autrui de faire des dégâts sur l’ordinateur voire de prendre le contrôle du matériel (l’ordinateur devient alors un PC-zombie).

    Les navigateurs ne sont pas tous égaux non plus face au respect des standards du web (capacité à se conformer aux règles de programmation web pour afficher correctement une page). Ainsi Internet explorer 7 et surtout la version 6 sont à proscrire.

    Moteurs de recherches

    Il faut ensuite soit entrer l’adresse d’un site, soit aller sur le site d’un moteur de recherches (Google, Yahoo...).

    Ce dernier se charge de répertorier les sites qui traitent du sujet recherché. En quelques petites secondes, plusieurs centaines de milliers de réponses sont listées. Les plus pertinentes sont normalement en tête de liste. En fait, il s’agit des réponses les plus populaires (les plus consultées). D’où une pertinence qui peut être sujette à caution. Il est donc toujours indispensable de vérifier les informations trouvées sur Internet.

    D’autre part, il faut garder à l’esprit que ces sites vivent grâce à la publicité ciblée. Ainsi, des liens spéciaux apparaissent en haut de page. Ce sont les liens « sponsorisés » ou « commerciaux » et sont en rapport direct avec la recherche effectuée.

    De nombreux critères peuvent affiner la pertinence des résultats. Il est également possible de faire des recherches sur des images, des vidéos, des graphiques...

    Encyclopédies

    WikipediaWikipedia est la plus célèbre mais certainement pas la plus fiable. Il ne s’agit pas en fait d’une véritable encyclopédie, au sens littéral du terme. Ce site est un wiki, c’est à dire que chacun peut modifier ou écrire un article sur un sujet qu’il estime maîtriser. La popularité du site assure une (très) relative fiabilité. Il est indispensable de sensibiliser les jeunes internautes sur cet aspect de Wikipédia. A aucun moment, le visiteur n’est assuré de la véracité des informations recueillies sur ce site.

    Wikipédia est idéal pour se faire une idée sur un sujet. Mais, pour un exposé, un élève devra sans doute préférer l’encyclopédie en ligne Larousse, qui elle, est fiable car rédigée par des professionnels. De plus, les parents ont aussi un rôle important de sensibilisation à tenir afin d’éviter le plagiat. Recopier des phrases entières trouvées sur Internet ne constitue pas un travail personnel et l’enseignant repère très vite cette pratique qui s’apparente à de la « triche ». L’élève doit a minima rédiger son propre texte.

    Forums

    Internet est une grande communauté au service de laquelle se multiplient les forums. Ils permettent des échanges et l’entraide gratuite entre internautes. En posant une question sur un moteur de recherches, il y a toutes les chances pour que le site redirige le visiteur vers ce genre de sites. Si les réponses fournies par les visiteurs précédents ne sont pas satisfaisantes, le visiteur peut alors poser à nouveau sa question en « postant » un message.

    Il est toutefois nécessaire de respecter quelques règles, plus ou moins strictes selon les sites : faire preuve de courtoisie et de politesse, écrire en français correct et sans trop de fautes d’orthographe, ne pas écrire en majuscules (c’est équivalent à crier), être sensé avoir fait des recherches sur le forum et/ou sur Google avant de poster son message, s’engager ensuite à aider les autres dans la mesure de ses possibilités, ne pas « troller » ou répondre aux trolls (troller : poster une question particulièrement polémique qui a toutes les chances de créer de la discorde sur le forum et dont le débat risque de s’enliser sans parvenir à une solution satisfaisante). L’ensemble de ces règles constitue la netiquette.

    Sites tendancieux, illégaux, interdits...

    Aucun logiciel de contrôle parental n’est parfait. Le jeune public n’est jamais protégé à 100% sur Internet. Le travail de dialogue et de sensibilisation en amont est donc primordial.Illégal

    Sans l’avoir véritablement cherché, un enfant ou un adolescent sera un jour inévitablement dirigé vers un site qu’il n’a pas souhaité voir. Il peut s’agir de sites pour adultes avec des contenus choquants. Certains sites sont totalement illégaux : vidéos pédopornographiques, apologie du racisme et de la torture, manuels du parfait terroriste...

    Tout aussi grave pour le jeune public, beaucoup de sites jouent sur sa crédulité pour lui soutirer des informations privées voire l’entraîner vers des pratiques dangereuses (sites pro-ana par exemple, faisant l’apologie de l’anorexie auprès des jeunes filles en mal d’identité). Beaucoup de sites « aident » les internautes à se faire une idée sur une maladie. Avec un manque de recul, les conséquences peuvent être catastrophiques. Un médecin virtuel consultable depuis sa chambre ne remplacera jamais le médecin de famille ou l’infirmière du collège.

  • Principes généraux

    Par EMMANUEL JULLIOT, publié le jeudi 12 septembre 2013 19:00 - Mis à jour le samedi 14 septembre 2013 21:07

    Contrairement à ce que pense la majorité des adolescents, Internet n’est pas gratuit : la facture s’élève à plusieurs centaines d’euros par an. Les parents, qui paient, doivent donc garder le contrôle sur la « consommation » Internet de leur enfant. Un certaine maîtrise du sujet est donc indispensable.

    Quelques règles de bon sens.Internet et les ados

    Internet est un lieu public :

    • la loi y est applicable
    • les données fournies y sont accessibles par tous
    • et on peut y trouver le meilleur comme le pire

    L'isolement du jeune internaute est dangereux :

    • l’accès à Internet doit être installé dans une pièce commune et/ou un adulte doit pouvoir facilement effectuer un contrôle
    • dialoguer et échanger régulièrement sur les pratiques afin de partager les bonnes et mauvaises expériences. Pour cela, un climat de confiance est indispensable entre parents et enfants

    Un minimum de sécurité est indispensable :

    • installer un pare-feu et un anti-virus, protéger sa connexion en changeant le mot de passe d’origine de la box Internet et, lorsque c’est possible, préférer une connexion par câble au Wifi.
    • Contrôle parentalinstaller un logiciel de contrôle parental qu’il est nécessaire de paramétrer afin de rester le maître de sa machine : trouver un juste milieu propice à une navigation sûre et enrichissante.
    • établir des règles (horaires, durée et type d’activités...)

    Le niveau de sensibilisation de l'internaute est fonction de l'âge :

    • risques encourus au regard de la loi (diffamation, droits d’auteur, droit à l’image, plagiat...)
    • risques de diffusion de données personnelles (photos, informations sensibles, images de webcams...) sans contrôle ni maîtrise a posteriori.
    • la génération de nos enfants est la première qui ait toujours vécu avec Internet. Elle en sera également la première à en payer le prix fort en cas d’excès. Ainsi, rares sont les employeurs qui ne font pas une recherche Google préalable sur les futurs candidats à un poste important. Une photo embarrassante prise pendant une soirée arrosée peut anéantir le meilleur CV...
    • dangers d’exposition à des contenus choquants
    • dangers face à la crédulité du jeune public (rendez-vous avec un inconnu, rumeurs...)
    • une utilisation responsable d’Internet et le développement du sens critique doivent être privilégiés à tout âge.
  • Blogs et réseaux sociaux

    Par EMMANUEL JULLIOT, publié le jeudi 12 septembre 2013 18:48 - Mis à jour le samedi 14 septembre 2013 20:02

    BlogsDéfinitionsRéseaux sociaux

    Un blog est un site web avec une structure particulière. Au lieu de s’organiser autour de grands chapitres ou thèmes, il est constitué d’une suite d’articles (des billets) dont le dernier publié se situe en tête de page. En général, le but du blog est de partager un centre d’intérêt, une passion avec autrui. Les visiteurs du blog peuvent réagir en publiant à leur tour des commentaires.

    Un réseau social est destiné à rassembler des personnes proches ou inconnues. Les utilisateurs peuvent saisir des informations personnelles (se décrire pour créer son profil) et entrer en relation avec d’autres. Ces informations peuvent être l’état civil, les études et les centres d’intérêt. Ainsi les utilisateurs peuvent se regrouper autour de points communs ou de centres d’intérêts. Les réseaux sociaux les plus célèbres sont Facebook ou MySpace.

    Les dangers pour les jeunes internautes

    • dévoiler sans aucune retenue sa vie privée dans un espace public, ne plus maîtriser les données divulguées (détournement, vol, utilisation abusive...)
    • recevoir des commentaires déplaisants voire insultants, à la vue de tous
    • diffuser des propos insultants, diffamants, racistes ; publier des contenus illégaux
    • être poursuivi pour utilisation abusive de données personnelles d’autrui (sans autorisation)
    • ne plus pouvoir disposer des données partagées qui deviennent la propriété du réseau social (rien ne l’empêche alors de les revendre)

    Les aspects à encourager

    • se constituer un réseau social autour de centres d’intérêts : échanger, expérimenter, progresser
    • s’initier à la publication sur Internet, apprendre à rédiger, à bien se faire comprendre
    • se confronter à l’avis des autres, s’auto-évaluer

    Ce qu'il faut faire (en fonction de l'âge)

    • activer les outils de confidentialité
    • activer le profil du jeune internaute en mode privé (normalement par défaut pour les mineurs)
    • en cas de problèmes, il est indispensable de conserver des preuves, de signaler les abus au réseau social, de demander le retrait des contenus litigieux et de menacer de porter plainte voire de le faire directement si le préjudice est trop grave (procédure indispensable pour savoir qui se cache derrière le profil incriminé)
     
  • Webcam

    Par EMMANUEL JULLIOT, publié le jeudi 12 septembre 2013 18:50 - Mis à jour le samedi 14 septembre 2013 19:55

    La Webcam est une petite caméra couplée à un ordinateur qui permet de transmettre des images au travers d’un réseau (Internet la plupart du temps).Webcam

    En s’affranchissant de l’usage du clavier, les distances semblent abolies et l’interlocuteur de l’autre côté de la caméra semble présent dans la même pièce.

    Mais pour un(e) jeune internaute, cette proximité peut être trompeuse. Ce n’est pas parce qu’on communique à travers le réseau et que l’interlocuteur est visible, qu’il est forcément digne de confiance.

    • il n’est pas possible de s’assurer que la conversation (images et son) n’est pas enregistrée... que cet enregistrement ne va pas être détourné ensuite.
    • il est très facile de se faire manipuler par quelqu’un qu’on ne peut pas rencontrer en chair et en os.
    • l’image et le son reçus peuvent être maquillés et ne pas correspondre à la réalité.
    • des webcams sont très souvent utilisées à des fins exhibitionnistes avec toutes les conséquences fâcheuses que cela implique : contenu choquant non désiré, incitation à s’exhiber...

    Il est donc indispensable de n’utiliser la webcam qu’avec des personnes connues et « validées » par les adultes.

    Pour illustrer ce propos une vidéo (1’19) proposée par actionInnocence [1]

    Mise à jour du 18/03/2010 : Chat Roulette

    Allant à l’encontre de ces précautions d’usage, un nouveau concept vient d’apparaître. Il s’agit du « Chat Roulette » http://chatroulette.com/. Ce site se charge d’établir au hasard une connexion avec un autre utilisateur. Une liaison entre deux webcams est alors effectuée selon le principe de la roulette russe. Problème : il n’est guère possible de contrôler quoi que ce soit et le pire d’Internet se trouve souvent derrière la caméra.

    Sur la page d’accueil il est déclaré :

    Terms of Service :

    • You have to be at least 16 years old to use our service

    • Chatroulette does not tolerate broadcasting obscene, offending, pornographic material and we will have to block users who violate these rules from using our service

    • Please use « Report inappropriate video » link to notify us about inappropriate content and we will take necessary steps

    Explications :

    • Ce site est interdit au moins de 16 ans

    • Il ne tolère pas les obscénités, la pornographie, les insultes ; les contrevenants seront donc bloqués

    • Il est possible de signaler ces contrevenants en direct

    Ces précautions semblent assez illusoires. Il suffit de faire une recherche sur Internet pour se rendre rapidement compte que de nombreux sites dénoncent les dérives très courantes.

    Une version francophone (CamToya) reprend le même principe en y ajoutant la possibilité de restreindre les connexions à un environnement géographique proche (la région) ; d’après les responsables de ce site, les abus sembleraient mieux gérés grâce à un système de vote... [2]

    Notes

    [1Site « Préserver la dignité et l’intégrité des enfants sur Internet » Prévention, sensibilisation, lutte contre la cybercriminalité (pédopornographie)

    Webcam et dérives

  • Messagerie instantanée

    Par EMMANUEL JULLIOT, publié le jeudi 12 septembre 2013 18:51 - Mis à jour le samedi 14 septembre 2013 19:43

    Ou tchat ou encore chatMSN Messenger

    Au contraire des mails, la messagerie instantanée permet d’échanger des textes pratiquement en temps réel. La plus célèbre est MSNYahoo messenger ou Hangouts (ex. Google Talk) en sont des alternatives parmi beaucoup d’autres. Toutes permettent de discuter avec des relations déclarées « Amis » dans le logiciel de messagerie.

    Un système de notification assure la visibilité et la disponibilité sur le réseau. A contrario, il est possible de se déclarer absent en cas de déconnexion. Ces fonctionnalités de base ont maintenant évolué. Les tchatteurs peuvent maintenant utiliser le son et la vidéo, la plupart de ces logiciels supportant la voix sur IP [1] et la webcam.

    Le système et le statut d’« Amis » ne doivent pas être pris à la légère. Un jeune internaute ne devrait pas accepter un inconnu dans son cercle de relations. Il est foncièrement impossible de savoir qui se cache réellement derrière un pseudo (nom choisi afin de cacher son identité réelle sur Internet).

    Par contre, créer un pseudo est indispensable. Il assure une certaine sécurité en filtrant les informations que l’on souhaite dévoiler. Ce pseudo, ainsi que l’adresse de messagerie associée ne doivent pas être publiés et il est nécessaire de choisir avec précaution les contacts qui auront le privilège d’avoir accès à ces informations privées. Le mot de passe lié à l’adresse ne doit être divulgué à personne.

    Notes

    [1IP : Internet Protocol, transport de la voix par le réseau Internet (micro) au lieu du réseau téléphonique classique

    Pseudo bidon

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs